injectables

La peur, un sentiment bien normal en regard de l’esthétique.

on

Vous est-il déjà arrivé de vous dire que vous n’aimez pas votre visage, mais que vous avez peur de le confier aux soins d’une personne inconnue ? Que vous avez une crainte des résultats, d’être transformée en histoire d’horreur, de ne plus vous ressembler, de vous faire dévisager sur la rue ? Avez-vous peur de ressembler à ces acteurs de cinéma parfois déformés par des interventions qui les ont pratiquement rendus méconnaissables ?

Avez-vous peur des douleurs, des ecchymoses, de l’œdème qui fait que l’on n’ose plus sortir de chez soi pendant des jours ?
Comme praticiens de la médecine esthétique, ils nous arrive fréquemment de nous questionner sur les peurs de nos patients. Comment les atténuer, et comment nous montrer rassurants. La médecine esthétique se veut avant tout une pratique humble : nous ne prétendons pas refaire la face du monde. Seulement de la rendre plus agréable, plus détendue et plus en santé. Et ce avec le moins d’effets secondaires possible. Et heureusement, avec les nouvelles pratiques, comme les injections à la microcanule, il y de fait très peu d’effets secondaires.

En esthétique, il s’installe progressivement, parfois rapidement, une mutualité et une complicité entre la personne traitée et le thérapeute. C’est pourquoi tant de patients viennent sur la recommandation d’autres personnes : car souvent, ils nous sont recommandés de bouche à oreille, à partir de gens qui ont vécu une belle expérience et qui ont été satisfaits. C’est affaire de crédibilité et de confiance.

Quoi faire pour vous libérer de vos peurs ? Le mieux semble de prendre rendez-vous, sans engagement pour voir quelles approches thérapeutiques peuvent être souhaitables pour vous, en regard de vos attentes, de même que les risques à entrevoir. Et il sera vite fait de comprendre qu’ils ne sont pas aussi nombreux que l’on pourrait penser. Ce rendez-vous permettra aussi un premier contact avec le thérapeute, pour constater si le sentiment vécu est positif. Suivez votre instinct ! Si vous vous sentez inconfortable avec le thérapeute, c’est probablement un signe que la confiance n’est pas au rendez-vous. Inutile alors d’aller plus loin. C’est votre privilège de passer outre, ou de vous adresser à un autre thérapeute. Il ne faut pas avoir peur de dire non !

Recommended for you

Ecrire un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *